Andreas Dresen

Réalisateur, invité d'honneur du festival

Né en 63 à Gera, Andreas Dresen est l’un des rares réalisateurs à avoir été formé en RDA et à avoir mené une carrière à succès dans l’Allemagne réunifiée. Il faut dire qu’il est arrivé à point nommé : après une année de volontariat aux célèbres studios de la DEFA, où il travaille aux côtés de Günter Reich qui deviendra son mentor, il réalise des études de cinéma à l’université Konrad Wolf de Potsdam Babelsberg, qu’il termine en 1991. Au moment de la réunification il n’a donc pas encore exercé en tant que réalisateur, et bénéficie de tout le crédit et la confiance que ses prédécesseurs, soupçonnés d’être de mèche avec le gouvernement de RDA, n’avaient plus.
Dans son premier long métrage, STILLES LAND (1992), un jeune metteur en scène s’évertue à relancer une troupe de théâtre résignée du nord de l’Allemagne, alors qu’au loin le pays se soulève. C’est le début d’une riche carrière marquée par des succès tant populaires que critiques. Ses films sont empreints d’humanité et de tendresse envers ses personnages souvent issus de la classe populaire, et surtout pleins d’humour, même lorsqu’il traite de sujets graves. On retrouve tout au long de son œuvre, en toile de fond, l’histoire des deux Allemagne et la réalité de la société à l’Est après la réunification.
En 1999 son film choral RENCONTRES NOCTURNES est présenté à la Berlinale, deux ans plus tard la tragicomédie GRILL POINT y remporte l’Ours d’argent. Ce film est diffusé en France mais c’est la comédie UN ETE A BERLIN (2006) qui le fait réellement connaître et marque son plus gros succès populaire. Dans un tout autre registre, son documentaire MONSIEUR WICHMANN DE LA CDU nous entraîne aux côtés d’un jeune politicien épatant de persévérance dans une vaine campagne politique de province. En 2008, son film 7è CIEL est le Coup de Cœur du festival de Cannes : il y aborde sans tabou, et toujours avec humour, la question de l’amour et de la sexualité chez les personnes âgées. Il remporte en 2011 le prix Un Certain Regard à Cannes avec POUR LUI, où un homme et sa famille sont bouleversés par le diagnostic d’une tumeur inopérable. En 2015 l’adaptation du roman LE TEMPS DES RÊVES est diffusé en compétition de la Berlinale (et au festival Augenblick !), regard sur la jeunesse désabusée dans les premières années de la réunification. Avec TIMM THALER l’année d’après, il s’essaie pour la première fois au cinéma jeune public, en adaptant au cinéma les célèbres aventures de l’enfant qui avait vendu son rire au diable…
L’enthousiasme du public pour les films d’Andreas Dresen ne faiblit pas : GUNDERMANN vient de réaliser près de 250 000 spectateurs lors de sa sortie Outre-Rhin. Il retrace le parcours hors du commun de l’ouvrier-chanteur Gundermann, qui incarne à lui seul les blessures, les espoirs et les désillusions des Allemands de l’Est et qui est devenu l’idole de toute une génération.
Nous vous invitons à rencontrer ce réalisateur, enfant de la réunification qui, tout en étant le porte-étendard d’une tradition cinématographique d’Allemagne de l’Est, a su s’approprier les codes de l’Ouest et ainsi créer son propre cinéma pour toucher le public au-delà des frontières.

***
Andreas Dresen rencontrera le public lors des projection suivantes :
GRILL POINT le mercredi 14 novembre à 20h au cinéma Bel Air de Mulhouse
GUNDERMANN le jeudi 15 novembre à 20h au cinéma Star Saint Exupéry de Strasbourg
TIMM THALER le vendredi 16 novembre à 20h au cinéma Star Saint-Exupéry de Strasbourg

Echange public avec Andreas Dresen, vendredi 16 novembre à 18h au MAMC
Au fil d’une discussion entrecoupée d’extraits de films, le public pourra découvrir le parcours et l’œuvre d’Andreas Dresen, et lui poser ses propres questions. L’échange sera mené par Valérie Carré, Professeure en Cinéma allemand et civilisation de l’Allemagne contemporaine à Sorbonne Université.

Entrée libre sur réservation à l’adresse : invitation@lerecit.fr
Discussion en allemand, traduction simultanée en français.